Chocolat et sexualité

Le chocolat est-il réellement aphrodisiaque? Améliore-t-il les performances sexuelles? Le cas échéant faut-il l’offrir pour la Saint-Valentin?
top1

Le livre « Les vertus santé du chocolat » du Dr. Hervé Robert aux éditions edp sciences nous dresse un état des connaissances scientifiques actuelles de la relation entre chocolat et sexualité.

Des Aztèques à la cour de France

Mais d’où vient cette réputation sulfureuse associée au chocolat? Il faut remonter à l’époque où les européens découvrirent le cacao. Lorsqu’Hernan Cortès à la tête des Conquistadores a vaincu les Aztèques, il s’est installé avec ses hommes dans ce qu’il pensait être les « Indes occidentales », soit l’Amérique. Ils s’aperçurent alors que le roi aztèque Moctezuma II buvait une cinquantaine de tasses de chocolat par jour pour stimuler ses ardeurs sexuelles et honorer plus sûrement les femmes. De plus, la boisson était associée à Xochiquetzal, la déesse de l’amour et de la fertilité.

Xochiquetzal

Xochiquetzal, la déesse de l’amour et de la fertilité.

La légende était née. Les conquistadors affublèrent donc le cacao de vertus aphrodisiaques qui se sont perpétuées jusqu’à nos jours et, la pénurie de vin aidant, ils se convertirent à cette nouvelle boisson. Préparé par les femmes indiennes, le breuvage était additionné d’épices excitantes ou de piment. Juan de Cardénas, un jésuite espagnol, constate alors que le chocolat conduit au péché de chair. Il ne sera désormais plus en odeur de sainteté auprès des religieux.

C’est avec cette réputation sulfureuse que la divine fève arrive à la cour du roi de France. Louis XV reproche à Mme de Pompadour d’être « froide comme une macreuse » lors de leurs ébats et l’incite à consommer la boisson pour « s’échauffer le sang ». Les écrivains tels Mirabeau, Giacomo Casanova ou le marquis de Sade en font un usage régulier et  propagent allègrement à travers leurs écrits la réputation du cacao dans toute l’Europe.

sade-attaquer-le-soleil-au-musee-dorsay

Les vertus aphrodisiaques du chocolat prennent donc racine dans une histoire vieille de plus de 5 siècles, mais sont-elles avérées? La science moderne peut-elle nous apporter une réponse définitive?

La science au secours du mythe

Un aphrodisiaque est une substance utilisée afin de stimuler le désir sexuel. La fonction sexuelle est complexe et implique aussi bien des processus psychiques, neurologiques et vasculaires qui peuvent être améliorés par différentes substances aux effets aphrodisiaques déjà reconnus et qui se trouvent pour certaines dans le chocolat.

  • Les N-acétylethanolamines, les endorphines, la sérotonine et la stimulation du système de récompense sont source d’euphorie et de détente. Ceci contribue à créer une amélioration de l’humeur et un bien-être psychique propices à l’amour.
  • Les polyphénols, par leurs effets bénéfiques sur le plan vasculaire, en dilatant les artères et en améliorant le flux circulatoire, peuvent contribuer à améliorer l’érection. Le cacao contient beaucoup de flavonoïdes, une sous-classe des polyphénols, qui dilatent les artères et contribuent à la congestion vasculaire de la verge comme du clitoris lors du coït.
  • Les substances psycho-actives du cacao comme la phényléthylamine (PEA) et la Théobromine pourraient également être impliquées dans la fonction sexuelle. La PEA favorise la sécrétion de dopamine, nommée également l’hormone du plaisir et qui intervient lors de l’orgasme. A forte dose, cette hormone augmente la fréquence de copulation…chez les rats, mais on ne sait pas si elle a un effet similaire chez l’homme. L’anandamide améliore également la performance sexuelle des rats.

Nous savons donc

  1. que certaines substances ont des effets prouvés sur les processus psychiques, neurologiques et vasculaires et donc par extension sexuels.
  2. Ces substances sont contenues dans le chocolat.

Maintenant cela ne suffit toujours pas à affirmer que le chocolat est une substance aphrodisiaque. A-t-on quelques preuves expérimentales de cette assertion?

Malheureusement la seule expérience scientifique qui tienne la route, Chocolate and women’s sexual health: An intriguing correlation, a été publiée en 2006 par Andrea Salonia de l’Université Vita-Salute San Raffaelle à Milan et porte uniquement sur l’effet aphrodisiaque du chocolat chez les femmes. L’étude analyse la vie sexuelle de 153 femmes d’âge moyen (env. 35 ans). Ces femmes furent séparées en deux groupes et évaluées à l’aide d’un questionnaire sur la fonction sexuelle. Par rapport aux 33 femmes qui ne mangeaient pas de chocolat, les 120 femmes qui en consommaient quotidiennement, ont une vie sexuelle plus intense, avec un désir et un plaisir accru. Mais en faisant un ajustement de ces données avec l’âge des femmes, le résultat n’est plus significatif. Cette étude ne montre qu’une tendance et repose sur des données mal quantifiables.

Outre les expériences scientifiques qui font défaut, un papier scientifique a été publié en 2007 par le psychologue David Lewis et relatait l’observation de l’activité cérébrale de couples qui soit échangeaient un baiser soit laissaient fondre un morceau de chocolat noir sur leur langue. Il s’est aperçu qu’aussitôt que le chocolat commençait à fondre sur la langue le cerveau était stimulé avec une intensité bien supérieure à celle induite par le baiser et ce pour une période jusqu’à quatre fois plus longue.

Il existe encore quelques sondages comme celui lancé par le chocolatier Cadbury en Grande-Bretagne auprès de 1500 personnes qui montre que 52% des femmes britanniques préfèrent le chocolat au sexe, ou encore celui du Figaro à l’occasion du salon du chocolat 2008 où 41% des Françaises affirment que manger du chocolat leur procure plus de plaisir que faire l’amour. On comprend ces femmes quand on sait que le chocolat est apte à les satisfaire même s’il devient mou, et « Si tu m’aimes, tu pourras tout avaler  » a un vrai sens avec le chocolat.

Alors le chocolat, aphrodisiaque ou pas?

Ce ne sont malheureusement pas les études scientifiques, trop peu nombreuses, ni les sondages, qui viennent étayer la véracité de la légende. Et tant que les scientifiques ne se seront pas penchés plus sérieusement sur la question cette dernière restera en suspens. Toutefois, aphrodisiaque ou pas, un bon effet placebo qui suscite un engouement pareil pour la Saint-Valentin et est capable de rapprocher les individus, moi je dis qu’il serait dommage de ne pas en profiter, non?

Les informations de cet article sont tirées du livre  « Les vertus santé du chocolat » du Dr. Hervé Robert aux éditions edp sciences. L’ouvrage fait le tour complet de tous les bienfaits santé du chocolat : diabète, sexualité, allergie, grossesse, etc. en passant en revue la composition nutritionnelle du cacao. Bref une petite bible scientifique sur le chocolat que tout amoureux de la divine fève devrait posséder dans sa bibliothèque. A lire sans retenue!

Les vertus santé du chocolat De Hervé Robert - EDP Sciences
Les vertus santé du chocolat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *