La chocolatière préserve la tradition du chocolat suisse !

Chocolaterie unique à Lausanne, « La Chocolatière » ouvre son laboratoire une dernière fois cette année pour permettre à tout un chacun de découvrir son savoir-faire.

lachocolatiere

Il est une chocolaterie particulière à plus d’un titre à Lausanne, que les fins gourmets connaissent de réputation loin à la ronde, j’ai nommé : « La Chocolatière ». Particulière tout d’abord car lorsque l’on franchit le pas de la porte et que l’on se fait accueillir par un bonjour frais et jovial, c’est comme un arc-en-ciel qui atterrit délicatement sur le haut de votre crâne, quel bonheur! Un accueil qui vous ferait presque croire que le roi-client que vous êtes est soudainement devenu Maître en la demeure. Mais la demeure de qui justement? De la chocolatière bien sûr car deuxième spécificité du lieu après le sourire royal c’est LA chocolatière : « La Chocolatière » porte particulièrement bien son nom puisque le Maître des lieux n’est autre qu’une Maîtresse depuis 2012 lorsque Mercedes Assal a repris l’enseigne.

assal

Mercedes Assal a passé 2 ans à apprendre le métier avant de reprendre l’enseigne en 2012 © Bilan

Fréquentant le lieux depuis son enfance comme cliente et apprenant par hasard que Jean-Claude Currat, le patron de l’époque, cherchait à remettre son commerce après 40 ans de labeur, une idée folle lui traverse l’esprit à elle l’ancienne diplômée de l’Ecole hôtelière de Lausanne et entrepreneuse dans l’âme : et si c’était elle qui reprenait cette enseigne, malgré le fait qu’elle ne connaissait rien à la fabrication du chocolat? Certes elle a tout à apprendre mais les défis ne lui font pas peur puisqu’après avoir lancé sa société d’import-export d’artisanat d’art la Lausannoise deviendra analyste financière dans une fiduciaire puis responsable logistique chez Procter & Gamble, tout en élevant 3 enfants et en tâtant de la politique. La dame a du caractère et des épaules larges, somme toute inversement proportionnels à son gabarit de guêpe.

truffe

L’enrobage se fait à la fourchette pour chaque pièce © La Chocolatière

Une fois le patron convaincu du sérieux de sa démarche, il l’a prend sous son aile pendant deux ans et lui apprend non seulement le métier mais surtout ce qui fait la spécificité du lieu et qui se hume dans toute la maison : la tradition! Puisque c’est là que réside la particularité de cette chocolaterie qui est une des dernières, peut-être même la dernière de Suisse romande à travailler à l’ancienne. Prenez l’enrobage des pralines, et bien il se fait à la fourchette, pièce par pièce, par trempage dans une masse de chocolat fondu dont la température ne s’écarte guère plus du demi-degré entre le haut et le bas du chaudron, gage d’une qualité et d’une brillance hors paire pour le produit final.

10628233_636718366426691_1607133669470620948_n

Ajoutez à ces recettes 100% artisanales et de pure tradition suisse, une vitrine créative, un marketing étudié et un accueil personnalisé et vous obtiendrez la recette qui fait le succès de cette chocolaterie qui s’apprête à ouvrir une deuxième enseigne dans les hauts de Lausanne. S’il devait n’y avoir qu’une preuve que la transmission entre ancienne et nouvelle génération s’est bien passée ce serait le Prix du commerce de Lausanne 2014, catégorie coup de coeur, que la petite entreprise de 6 personnes vient d’obtenir.

Désireuse de faire découvrir ce savoir-faire unique, La Chocolatière s’est associée à l’Université populaire de Lausanne pour proposer un cours et mettre la main à la pâte…de chocolat. Après une brève introduction théorique, vous procéderez à la fabrication de trois types différents de pralinés que vous pourrez déguster et emporter avec vous à la fin du cours.

IMG_3597c

Nul besoin d’être un artisan dans l’âme pour suivre ce cours, être gourmand et amateur de chocolat suffit. L’auteur de ces lignes et ses deux mains gauches peuvent en témoigner. Parfaitement encadrés par les deux Maîtres chocolatiers du lieu, nous avons réalisés sous leur supervision, mes compagnons gourmands et moi-même, des Mascottes (trois rondelles de nougatines entourant une ganache de chocolat au lait et le tout enrobé de chocolat), des « trois frères » (trois noisettes caramélisées enrobées de chocolat au lait) et finalement des truffes à l’ancienne, anciennes car non pas rondes comme sur la photo ci-dessous mais cylindriques et enrobées dans du chocolat au lait puis roulées dans de la poudre de cacao.

creations

Mascotte, trois frères et truffe.

Ce qui est beau paraît souvent simple à faire. Ne vous bercez pas d’illusions! Certains de ces produits fabriqués par nos soins s’éloignaient parfois radicalement de la tradition pour voguer dans des mers proches de l’abstrait. Mais quoi qu’il en soit s’il est une composante qui ne variait pas c’est bien le goût, et rien que pour ça je vous encourage vivement à tester ce cours dont la dernière session cette année aura lieu jeudi 20 novembre à 16h30. Inscription directement sur le site de l’Université populaire. Le prix, modique, vous permettra de repartir avec vos créations 😉

IMG_3593b

Quelques images de l’atelier

LA CHOCOLATIERE, Avenue de Mon-Repos 14,1005  Lausanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *